2012

Qualité eau littorale spécifique Aloses 2012

Mis à jour le 22 novembre 2013


- État 2012 non défini : descripteur non opérationnel
- Tendance 2012 non définie : pas de données antérieures disponibles
État et tendance donnés par la Cellule Migrateurs après concertation avec le groupe général Tableau de Bord (10/07/13).

Espèce / stade visé :

géniteurs d’aloses

Objectif :

Il s’agit de suivre l’évolution de certains paramètres physico-chimiques de l’eau sur le littoral (température, oxygène…) lors des migrations de montaison des aloses pour contribuer à la compréhension des variations de populations (période de migration, densité…).

Détails du suivi :

La zone littorale est une zone traversée obligatoirement par les aloses pour la migration vers les rivières (montaison) et pour les juvéniles (alosons) lors de la dévalaison. Il semble donc important de connaître la qualité de l’eau littorale lors des périodes de migration et d’évaluer l’impact sur l’espèce.
L’indicateur général de la qualité de l’eau côtière mis en place avec les notes DCE des masses d’eau côtières et estuariennes n’apporte qu’une information très sommaire sur le suivi de la qualité de l’eau et sur son impact sur les poissons migrateurs transitant dans ces zones. Cela reste une information générale non spécifique pour les aloses. Il est donc important de détailler certains paramètres suivis pour définir la qualité de cette eau.
L’objectif est de pouvoir observer de façon journalière les valeurs de certains paramètres choisis. D’après les suivis et les connaissances disponibles sur les aloses (préférendums), nous avons choisi de suivre : la température, la salinité, la turbidité et l’oxygène. Ce sont les paramètres physico-chimiques les plus facilement mesurables et ayant une importance majeure pour la circulation des poissons. Pour l’instant il est question de suivre ces paramètres et de les comparer avec des valeurs seuils connues pour les aloses à ces différents stades de vie. Ces préférendums sont en cours de rédaction.
L’IFREMER mesure la température et la salinité de façon journalière en 3 points de la zone estuaire et dans les pertuis. Les données sont synthétisées et disponibles dans le bulletin mensuel BULLDOSER qui présente régulièrement un état des lieux de la situation hydrologique des pertuis Charentais et des éléments d’évolution des ressources conchylicoles (http://www.ifremer.fr/lerpc/reseaux/bulldoser/bulldoser.htm). Ce bulletin est disponible 2 à 3 semaines après la fin des mesures du mois.
Concernant la turbidité et l’oxygène dissous, on recherche actuellement une façon d’obtenir des informations précises et disponibles rapidement. Ces paramètres ne sont pas actuellement suivis en continu dans les estuaires. Cependant, ils sont corrélés avec le débit d’eau de la Charente. Il serait donc possible de réaliser des modèles donnant une estimation de l’oxygène et de la turbidité à partir du débit d’eau et des autres paramètres (température, salinité).

Résultats :

Pour l’instant, la comparaison avec les préférendums n’est pas encore réalisée.
On peut cependant avoir accès aux données du réseau Bulldoser de l’IFREMER :
2012 : http://wwz.ifremer.fr/cperpc_eng/SP2-Production/lot-2.06-Trophique/BULLDOSER/Archive-2012
Exemple : Résultats du bulletin Bulldoser de mars et avril 2012 au niveau de l’entrée dans l’estuaire de la Charente (Lupin) :
Exemple d’impact de la température sur la montaison des aloses en estuaire de la Charente :

JPEG - 231.1 ko
Température et salinité de l’eau à Lupin (estuaire Charente) en mars 2012 (IFREMER)
JPEG - 227.8 ko
Température et salinité de l’eau à Lupin (estuaire Charente) en avril 2012 (IFREMER)

Si on prend le seuil thermique de 10,5°C au-dessus duquel les montaisons d’aloses peuvent commencer, on constate qu’on ne l’atteint que le 15 mars à l’entrée de l’estuaire. Si à partir de cette date, on réalise les sommes de °C/jours, on atteint les 600°C/jours (moment entre l’entrée en eau douce du poisson et la reproduction) le 30 avril.
La première alose passée à Crouin (107km de la mer) a été observée à la station de comptage le 22 mars. Si on prend l’hypothèse qu’elle a nagée à une vitesse de 21 km/jour, on arrive à une entrée de cette alose dans l’estuaire 5 jours avant soit le 17 mars, date très proche du 15 mars estimée ci-dessus.
Le même exercice a été réalisé pour 2010. La première alose observée à Crouin est montée le 19 mars mais un groupe important de 176 individus est passé le 25 mars. Le seuil à 10,5°C a été atteint à Lupin entre le 20 et le 22 soit 3 à 5 jours avant.

Données historiques et référence :

Les données sont disponibles depuis 2008. Pas de référence actuellement.

Fournisseurs de données :

La collecte de ces données est réalisée par l’IFREMER.

Chiffres-clés pour les aloses :
-  Estimation de 600°C/jours : c’est le cumul des températures journalières entre l’entrée en eau douce du poisson et la reproduction (Vincent (1894) in Baglinière (2000))
-  Vitesse moyenne de migration des aloses de 21 km/j (Rochard, 1992 in Baglinière, 2000)
-  Seuil thermique >10,5-11°C (en-dessous duquel la migration serait fortement ralentie, voire totalement stoppée....) (Baglinière et Elie, 2000)
-  Température de reproduction pour grande alose : 12-19°C et Alose feinte : 18-22°C (Baglinière et Elie, 2000)

  • Température et salinité de l’eau à Lupin (estuaire Charente) en mars 2012 (IFREMER)
  • Température et salinité de l’eau à Lupin (estuaire Charente) en avril 2012 (IFREMER)