2014

Effectif de géniteurs 2014

Mis à jour le 24 février 2016


- État 2014 non défini : pas encore de seuils établis. Descripteur non opérationnel.
- Tendance 2014 à la baisse : Estimation d’une quantité de géniteurs plus faible en 2014 qu’en 2013.
État et tendance donnés par le groupe général Tableau de Bord le 18 février 2015.

Objectifs :

L’effectif de géniteurs correspond au nombre estimé de géniteurs d’aloses présents sur la Charente. L’objectif est de suivre annuellement le nombre de couples en reproduction pour estimer le potentiel reproducteur de l’espèce chaque année.

Principaux résultats :

Pour 2014, l’effort d’échantillonnage a été important mais il a été concentré sur les 3 principales frayères suivis depuis 2010, Taillebourg, La Baine et Crouin. La comparaison d’année en année est délicate car les méthodes de suivi n’ont pas été similaires.
On peut toutefois constaté que les quantités estimées sur Taillebourg et La Baine étant plus faible en 2014 qu’en 2013, la tendance est établi à la baisse.L’intervalle de confiance autour de la moyenne sur le site de Crouin est très élevé et le chiffre est donc à prendre avec précaution.

Détails du suivi :

Le suivi se fait par l’écoute des bulls d’aloses entre avril et juin sur les sites potentiels décrits par les études de 2001 (Fabien Millot, 2001), celles des potentialités piscicoles de 2003 (Hydroconcept, 2003) et les sites complémentaires proposés par l’ONEMA/Cellule Migrateurs en 2009.
Le bull correspond au bruit caractéristique effectué par les aloses lors de leurs déplacements circulaires à la surface de l’eau pour expulser leurs gamètes. La reproduction a lieu la nuit avec un pic d’activité vers 2h.
Pour les suivis, les Fédérations de pêche 17 et 16 ainsi que l’ONEMA 16 et 17 accompagnent les membres de la Cellule Migrateurs. En 2014, un stagiaire de Master 2 (Tommy Brias) a été associé au suivi.
Un binôme est nécessaire pour chaque écoute. Sur chaque site, le nombre de bulls est comptabilisé par période de 15 minutes. On réalise au moins 2 périodes de 15 minutes par site, de préférence sur la période de la nuit où les bulls sont les plus nombreux, entre minuit et 3 heures.

Les suivis de l’année 2014 ont fait l’objet d’expérimentation de nouveaux matériels avec notamment l’utilisation d’enregistreurs audio-numériques et d’une caméra infra-rouge. Quelque soit la méthode utilisée (enregistreur) des calibrages ont été réalisés afin de quantifier la proportion du nombre de bulls entendus par l’appareil par rapport à l’oreille humaine. Trois sites ont été identifiés pour recevoir des enregistreurs audios : Taillebourg, La Baine, et Crouin. A elles trois ces frayères représentent près de 50% de l’activité de reproduction du bassin Charente.
Une convention de collaboration a été établie avec le bureau d’études FishPass afin de tester la mise au point d’une méthodologie d’évaluation de l’activité reproductrice d’alose par système vidéo. Le site choisi est le site du barrage de La Baine qui appartient au Département de la Charente-Maritime.

Résultats :

Le nombre de géniteurs est estimé à partir du nombre de bulls comptabilisé en utilisant plusieurs hypothèses basées sur le fractionnement de la ponte des aloses en relation avec la maturation progressive des ovocytes dans le temps (Taverny, 1991 ; Cassou-Leins et al., 2000 in Chanseau et al., 2006). Les hypothèses de calcul utilisées sont (Cassou-Leins & Cassou-Leins, 1981) :
· les géniteurs ne se reproduisent que sur une seule frayère,
· un bull donne lieu à une ponte,
· à un bull correspond une seule femelle et un mâle,
· une femelle pond 5 à 7 fois au cours d’une saison de reproduction.
La méthode de calcul élaborée en 2013 a été utilisée sur les résultats de 2010, 2011.

Estimation du nombre de géniteurs totales entre 2010 et 2013
Années 2010 2011 2012 2013
Nombre de géniteurs d’aloses estimés 55 840 81 041 pas de données 65 562

Aloses : grandes et feintes.

En 2014, les premiers bulls ont été observés le 8 avril et les derniers ont été vus le 20 juin. Quelques bulls isolés ont été observés sur le site de La Baine jusqu’au 1er juillet.

Évolution du nombre de sites prospectés et des moyens humains en homme-jour entre 2009 et 2014
Années200920102011201220132014
Charente 46 40 31 33 34 39
Antenne 2 0 0 0 0 0
Boutonne 0 3 2 2 3 4
1 0 0 0 0 0
Nombre total de sites 46 40 31 33 35 43
Nombre de nuits 4 19 11 5 13 24
Moyens humains 29 54 65 32 68 80
Activités des sites prospectés entre 2009 et 2014
Années200920102011201220132014
Charente 57% 72% 62% 55% 72% 51%
Antenne 0% pas de suivis pas de suivis pas de suivis pas de suivis pas de suivis
Boutonne pas de suivis 0% 50% 50% 33% 75%
0% pas de suivis pas de suivis pas de suivis pas de suivis pas de suivis

Il n’est pas fait de différenciation entre grande alose et alose feinte dans les calculs. Comme en 2010 et 2011, la majorité du stock de géniteurs s’est positionné en aval de La Baine, en zone soumise à marée dynamique et serait donc majoritairement constitué d’aloses feintes.
En 2010, 75,5% du stock de géniteurs s’est reproduit en aval de la Baine, 86% en 2011 et 88% (de 81% de l’activité) en 2013.

Informations complémentairs

Voir le rapport "Bilan des actions réalisées en 2013" de la Cellule Migrateurs dans la partie Documents du site de l’EPTB Charente.
Chapitre 6.2 : L’activité de reproduction des aloses. Pages 81 à 92.

Données historiques et référence :

La référence utilisée sera l’estimation de 2013.