Population

Etat de colonisation (fluviale) données 2017

Mis à jour le 6 juillet 2018

Suivi réalisé en 2017. Etude effectuée tous les 2 ans.


- État 2017 non défini : Pas de seuil actuellement.
- Tendance 2017 stable : peu d’évolution en comparaison avec le suivi de 2015.
État et tendance validés par le groupe général Tableau de Bord le 15 mars 2018.

Espèce / stade visé :

Anguille / Anguillettes

Objectif :

Suivre la répartition des anguilles de moins de 30 cm le long de l’axe Seudre afin d’identifier les fluctuations de la colonisation du bassin selon le principe de migration densité-dépendant : plus la densité d’anguilles recrutées en aval du bassin augmente, plus le front de colonisation se déplace vers l’amont. Le suivi dans le temps de cette limite amont de répartition des « jeunes » stades d’anguilles pourrait constituer un bon indicateur de la tendance du recrutement fluvial en relation avec la mise en place de solutions de gestion adaptées pour l’espèce. Ce suivi nous permettra ainsi d’avoir un véritable outil d’anticipation du redressement éventuel de la population. Ce suivi est aussi effectué sur la Charente (État de colonisation (fluviale)(données 2017)).
La particularité du suivi sur la Seudre et la possibilité de réaliser les pêches électriques directement sur la Seudre en pied d’ouvrages. Ces derniers (clapets la plupart du temps) impactent la migration et les remontées de civelles et d’anguillettes. En opposition, sur la Charente, les suivis par pêche électrique ne peuvent pas se faire sur la Charente même. Ils sont donc réalisés sur les affluents au pied du premier ouvrage.

Détails du suivi :

L’objectif principal est donc d’identifier l’évolution de la répartition des différentes classes de tailles d’anguilles inférieurs à 30 cm le long de la Charente. Mais face à la difficulté technique de collecter cette information directement sur l’axe principal au regard des dimensions de la Charente, la méthode retenue consiste à surveiller l’évolution de l’indice d’abondance de la population, par 100 m² de faciès favorable (radier, plat courant), en pied de premier obstacle, sur de petits affluents directs à la Charente.

Pour récupérer cette information, la Cellule Migrateurs organise, avec le soutien d’un prestataire technique un réseau d’inventaires par pêches électriques sur un ensemble de 6 stations réparties sur l’axe.
Cliquez sur la vignette ci-dessous pour voir la carte des sites de prospections en pêches électriques en 2017 :

PNG - 376.8 ko
Carte des pêches électriques sur la Seudre en 2017

La période d’intervention, fin juin / début juillet, correspond à la période de migration (phase de colonisation) ce qui permet d’avoir en quelque sorte un bilan de « l’année de migration ».

Pêches électriques avec un prestataire (en 2011 avec la FDAAPPMA17).


Ce protocole est d’ores et déjà appliqué sur les bassins Garonne et Dordogne depuis 2005 par MIGADO et l’IRSTEA. De plus, ce réseau fait partie des outils de suivi développés dans le cadre de la mise en place d’indicateurs pour l’anguille du programme européen INDICANG (LAFAILLE P., RIGAUD C., 2008. Indicateurs de colonisation et de sédentarisation in ADAM G. et al,. 2008).

Résultats :

Précisons que les 2 années 2010 et 2011 sont utilisées comme référence pour comparer les années ultérieures.


La limite de la marée dynamique (LMD) se situe au niveau de la limite entre le domaine maritime et le domaine fluvial, à Saujon, au barrage du Ribérou, à 22 km de l’Océan. Sur ce site, une passe à anguilles a été mise en place en 2009. Elle est opérationnelle depuis 2010. Les civelles et anguillettes en montaison sont suivies chaque année par la FDAAPPMA 17 (Effectif en montaison à Saujon).

Présence des individus inférieures à 10 et 15 cm :
D’après les données des pêches électriques, on a estimé :

  • la probabilité de présence de 50% (D50) de capturer des anguilles <10 cm et <15 cm en fonction de la distance à la limite de la marée dynamique (LMD).
D50 sur la Seudre par rapport à la LMD (=Saujon) (km)
Taille des anguilles20102011201320152017
< 10 cm 16 10 16 16 10
< 15 cm 16 22 16 22 18
  • la distance de disparition des anguilles <10 cm et <15 cm qui correspond à la distance de la LMD à la dernière station prospectée pour laquelle au moins 1 anguille de ces deux tailles respectives a été retrouvée.
Distances de disparition des anguilles par rapport à la LMD (km)
Taille des anguilles20102011201320152017
< 10 cm 13 (Les Graves) 8 (Charloteau) 13 (Les Graves) 13 (Les Graves) 8 (Charloteau)
< 15 cm 13 (Les Graves) 20 (Le Port) 13 (Les Graves) 20 (Le Port) 20 (Le Port)

Densités des anguilles :
Les résultats des pêches électriques permettent d’établir les densités par stations.

Comparaison des densités d’anguilles capturées (individus/100 m²
Stations20102011201320152017Évolution 2015-2017
Trois doux 30 161 148 343 128
Beaunant 7 7 19 47 16
Charloteau 23 74 25 19 26
Les Graves 16 8 10 48 24
Le Port 5 36 4 16 10
Chadeniers 4 6 3 1 4

Bilan des captures des anguilles en 2017 (tableau C. Perrier) :
Captures des anguilles en pêches électriques Seudre 2017

Impact des barrages sur la répartition des anguilles
Cette approche dynamique est exploitée sur les 5 années d’observation sur les anguilles de taille inférieures à 15 cm.

L’analyse montre suivant les années des accumulations au pied de certains ouvrages comme Trois Doux, Charloteau ou les Graves. Ceci peut être expliqué par la présence de barrages « très difficilement franchissables » où les anguilles s’accumulent en aval. Les accumulations évoluent suivant les années mais pour chacune des 4 années, Trois Doux montre une très forte accumulation témoignant de son caractère très difficilement franchissable. Au fur et à mesure du traitement des ouvrages pour la migration des anguilles, les densités devraient se répartir sur l’axe.

Conclusion

Les D50 pour les 2 gammes de taille sont un peu plus basses en 2017 comparé à 2015. Cependant, cette diminution est faible et n’impact pas la tendance évolutive de la variable.
Plusieurs explications peuvent être avancées comme par exemple, le manque d’attrait du bassin en liaison avec les faibles débits, le manque d’habitat propice aux anguilles ou encore l’impact des ouvrages non franchissables.
Les densités d’anguilles par station de pêche électrique sont, pour la plupart, inférieures en 2017 en comparaison avec 2015.

Fournisseurs de données :

La Cellule Migrateurs organise les inventaires. Elle saisie ensuite les données et les analyse.

  • Carte des pêches électriques sur la Seudre en 2017